Esprit & Vie

Revue catholique de formation permanente

La revue, publiée par les Éditions du Cerf, compte 22 numéros par an. Tous les quinze jours, le lecteur traverse en 48 pages l’actualité ecclésiale, approfondit un dossier biblique, s’approprie les éléments d’une question théologique, ouvre ses horizons sur une période de l’histoire ou de l’art…

xx
xx
xx

Rechercher dans les pages d'Esprit & Vie

Philippe Rouillard

Entrer en avent

Les échéances et les dates importantes ne manquent pas dans notre calendrier mondial : élection présidentielle aux USA, début d'une nouvelle année civile, élections incertaines en Irak. Au milieu de tant d'événements, le commencement d'une nouvelle année liturgique risque de ne guère retenir l'attention.

Pourtant l'Église nous invite à vivre quatre semaines d'avent. Il est bon pour nous de voir ce que signifie ce temps de l'avent, comment il est structuré, et comment il est célébré par la liturgie. Temps de l'avènement ou de la venue du Seigneur, l'avent appelle de notre part attente et vigilance : une vigilance tournée vers Noël mais aussi vers Pâques, une vigilance qui trouvera son accomplissement dans la vigile pascale.

Le dimanche 28 novembre, nous allons entrer en avent : un avent qui cette année comptera quatre semaines complètes, et aura donc sa durée maximale. Il est moins facile de caractériser l'avent que de caractériser le carême, et donc il n'en est que plus nécessaire de mieux connaître ce temps, pour mieux le vivre et mieux le célébrer, individuellement et en communauté, que celle-ci soit paroissiale ou religieuse.

Au début d'un nouveau temps liturgique et d'une nouvelle année liturgique, il convient de réfléchir brièvement sur notre manière d'habiter le temps. Après quoi, nous proposerons deux approches de l'avent : une approche humaine et psychologique, puis une approche fondée sur les textes de la liturgie.

Habiter le temps

Nous allons donc entrer en avent. Nous quittons le temps « ordinaire » pour aborder le temps de l'avent et commencer une nouvelle année liturgique. Puis, dans quelques semaines, nous serons au 1er janvier 2005 et entrerons dans une nouvelle année civile.

Nous vivons dans le temps. Que faut-il entendre par là ? En fait, chacun de nous habite plusieurs temps, plusieurs espaces temporels. Nous habitons d'abord des temps linéaires, qui ont un commencement et une fin. Nous nous situons dans l'histoire de l'humanité, dont les origines demeurent imprécises, et qui aura son terme à la fin du monde. Par ailleurs, en disant que nous sommes en 2004 ou 2005 (après J.-C.), nous nous situons dans une histoire « chrétienne », qui a commencé avec la venue du Christ et s'achèvera avec son deuxième avènement. Tout homme se situe également à un moment donné de l'histoire de son pays, avec des repères qui varient d'un pays à l'autre : avant ou après la guerre, avant ou après l'indépendance, avant ou après l'avènement ou la chute d'un régime, etc. Enfin, chacun de nous habite son temps personnel, qui a commencé à sa naissance et se terminera à sa mort : chacun a son présent, son passé et son avenir. Toutes ces histoires sont linéaires, les jours s'ajoutant aux jours et les années aux années.

Mais nous habitons aussi un temps cyclique, qui se renouvelle et se répète. Trois cycles structurent le déroulement de notre vie. D'abord le cycle quotidien, du jour et de la nuit, fondamental pour la vie de l'homme, avec l'alternance mystérieuse de l'activité et du sommeil. Notre vie suit également le cycle hebdomadaire, ce cycle de sept jours, scandé pour les chrétiens par la célébration dominicale et pour tous par le loisir de fin de semaine. Enfin, nous parcourons le cycle annuel, vécu très différemment selon la condition de chacun : très important pour le cultivateur, moins important pour le citadin qui attend seulement la période d'été pour les vacances, vécu de façon originale et arbitraire par tout le monde scolaire et universitaire, qui découpe l'année en semestres ou en trimestres.

Ainsi, nous habitons à la fois des temps linéaires et des temps cycliques ou circulaires. Une remarque, dont devra tenir compte la liturgie, s'impose immédiatement : une ligne a un commencement, mais un cercle ou un cycle n'a pas de point initial ; on ne peut dire où commence une roue. Cela se vérifie pour les trois cycles - quotidien, hebdomadaire, annuel - que nous avons indiqués. Le jour commence officiellement à 0 heure mais, en fait, il commence au lever du soleil ou au lever de l'homme, et, pour la Bible, il commence la veille, lorsque tombe la nuit : « Il y eut un soir et il y eut un matin : premier jour » (Gn 1, 5). Au moins pour les dimanches et les solennités, la liturgie a conservé ce système : l'avent commencera donc dès le 27 novembre au soir, avec les premières vêpres du dimanche.

Une divergence semblable existe pour le début de la semaine : le dimanche en est-il le premier jour, selon la conception de l'Ancien Testament et du Nouveau Testament ainsi que de la liturgie, ou bien est-il le septième jour, où l'homme se repose après tout le travail de la semaine ? Les agendas et calendriers font du dimanche le dernier jour de la semaine, celle-ci commençant le lundi matin.

Il n'est pas moins difficile de fixer le début de l'année. Officiellement, depuis quelques siècles, l'année civile commence au 1er janvier, après avoir commencé au 1er mars, au 25 mars ou à Noël. Mais l'année scolaire, universitaire, professionnelle, commence en septembre ou en octobre. Seuls les chrétiens, et même les plus attentifs d'entre eux, remarquent le début de l'année liturgique au premier dimanche de l'avent, donc à une date variable, proche du 1er décembre.

Ainsi, nous habitons à la fois un temps linéaire, ou plusieurs temps linéaires, et trois temps cycliques, que nous parcourons chaque jour, chaque semaine, chaque année (à quoi s'ajoute encore la très subtile division en mois). La ligne traverse les cercles, la trajectoire historique traverse la triple périodicité cosmique et humaine. Nous vivons une étrange combinaison de l'irréversible et du répétitif. De toute façon, le temps se déroule, le temps enroulé est déroulé comme un fil, et nous vivons « au fil du temps ».

Approche humaine de l'avent

Les années succèdent aux années, mais elles ne sont pas identiques. Notre année 2004 a eu ses caractéristiques personnelles, familiales, professionnelles, politiques, internationales, et l'année 2005 sera différente. De même, les années liturgiques se suivent, mais ne sont pas identiques. Si la liturgie célèbre la relation entre Dieu et les hommes, Dieu ne change pas, mais les hommes changent, dans leur situation personnelle et plus encore dans leur situation ecclésiale, nationale et mondiale. En cet avent 2004, un Sauveur vient dans le monde, mais le monde de 2004-2005, avec ses problèmes et ses conflits, n'est pas identique à celui de l'année dernière ou à celui de l'année prochaine. Du point de vue humain, chaque avent est unique et irréversible.

Le mot « avent » traduit le latin adventus qui signifie « avènement, venue ». En ce temps de l'avent, le Seigneur vient vers nous, et nous célébrons et attendons sa venue. Divers sentiments qui appartiennent à notre expérience humaine parcourent ce temps de l'avent, se retrouveront dans la liturgie, et caractérisent notre attitude chrétienne pendant ces quatre semaines.

L'attente. Nous avons tous l'expérience de l'attente : attendre un bus qui n'arrive pas, une lettre qui pour nous est importante, une personne qui est en retard. L'attente n'est pas seulement passive. Dans le verbe « attendre », il y a le mot « tendre », avec son élan, son mouvement, son dynamisme. Le temps de l'avent ne consiste pas à attendre de façon passive le jour de Noël, mais à nous mobiliser pour aller à la rencontre de celui qui vient. À notre attente de Dieu, répond l'attente de Dieu sur nous : Dieu nous attend, le Sauveur nous attend. Dans la Règle de saint Benoît, il est écrit : « Le Seigneur nous attend chaque jour ». Il y a donc une attente réciproque pendant ces quatre semaines.

La vigilance.. Beaucoup de textes de l'avent nous invitent à la vigilance, et nous savons que l'attente s'accompagne d'attention et de vigilance : il ne faut pas laisser passer, sans nous en apercevoir, celui que nous attendons. Dans notre monde et notre langage, deux groupes de personnes semblent spécialistes de la vigilance : les vigiles qui de diverses manières assurent la sécurité, et les moines trappistes qui se lèvent la nuit pour célébrer l'office des vigiles. Les vigiles chargés de la sécurité ou de la protection regardent, observent, pour maintenir le bon ordre : sans eux, c'est le désordre et l'insécurité. La vigilance ou la veille des trappistes est différente : ils veillent tandis que les autres dorment. Ils veillent sur le monde, sur l'ordre entre le ciel et la terre. Leur regard est tourné à la fois vers Dieu et vers les hommes : contemplation et compassion.

Le désir. L'attente s'accompagne bien souvent du désir, de l'impatience du désir, et la liturgie de l'avent mentionne souvent le désir. Il vaut la peine de relever l'étymologie de ce mot, qui vient du latin desiderium, composé du préfixe de, qui marque l'absence, et de sidus, qui signifie « étoile » et que nous retrouvons dans « sidéral ». Le désir est donc, au sens premier, la recherche de l'étoile qui nous manque. Au temps de l'Épiphanie, les mages seront heureux de retrouver l'étoile qui les conduira à la crèche. Et durant l'avent nous sommes habités par le désir de contempler l'Étoile, l'Étoile de David, le Christ lumière.

La patience. Certains d'entre nous sont patients par nature, et d'autres sont impatients, comme l'enfant qui veut que son « désir » soit réalisé dans l'instant. Dans la vie humaine, la patience a une double signification et une double fonction. D'une part, elle représente la force de l'homme adulte qui accepte la durée, qui comprend le sens du temps, qui reconnaît la nécessité d'une élaboration et d'une maturation. La patience est donc signe de maturité et de maîtrise de soi. Mais elle peut aussi être signe de faiblesse : se résigner à attendre, sans avoir le courage de prendre une décision : « il est urgent d'attendre ».

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous !

Les derniers numéros d'Esprit & Vie

  • N°240 : Esprit & Vie n°240 - octobre 2011
  • N°239 : Esprit & Vie n°239 - septembre 2011
  • N°238 : Esprit & Vie n°238 - août 2011
  • N°237 : Esprit & Vie n°237 - juillet 2011
  • N°236 : Esprit & Vie n°236 - juin 2011