Esprit & Vie

Revue catholique de formation permanente

La revue, publiée par les Éditions du Cerf, compte 22 numéros par an. Tous les quinze jours, le lecteur traverse en 48 pages l’actualité ecclésiale, approfondit un dossier biblique, s’approprie les éléments d’une question théologique, ouvre ses horizons sur une période de l’histoire ou de l’art…

xx
xx
xx

Rechercher dans les pages d'Esprit & Vie

Un chartreux

Le discernement des esprits

Sr Marie-Pascale Gounon, clarisse

Paris, Presses de la Renaissance, coll. « Sagesse des chartreux », 2003. - (13x20), 168 p., 14,00 €.

Esprit et Vie n° 105 - mai 2004 - 1e quinzaine, p. 34-35.

C'est la suite de l'enseignement aux jeunes chartreux mais comme le pense l'éditeur au terme de son avant-propos : « La capacité de discerner les esprits, nos pensées, pour savoir si elles sont de Dieu ou non, et par conséquent savoir si nous devons y consentir ou leur résister, est donc plus que jamais d'actualité » (p. 13).

En sept chapitres, l'auteur porte un regard historique et pratique sur l'évolution du discernement depuis la Bible jusqu'aux psychologies modernes en passant par les grands maîtres de la spiritualité chrétienne. Discerner les esprits et les pensées qui nous poussent à agir, c'est les ajuster à l'action du Saint-Esprit en œuvre en nous depuis le baptême. Mais comment se laisser conduire par l'Esprit dans la liberté des enfants de Dieu ? En se mettant à son école : « Ce Maître-là n'enseigne pas par des paroles extérieures. Il habite en nous, dans le temple de nos corps, dans notre cœur intime. De là, il nous mène à la plénitude de la vérité, il nous guide, nous console, nous illumine, nous embrase de son amour. » On reconnaît là tout l'enseignement de l'Écriture. Pour l'entendre, il est nécessaire de faire silence et d'écouter : c'est la prière « non seulement servir Dieu mais adhérer à lui ». Telle est la finalité de l'action de l'Esprit.

Tout esprit ne vient pas de Dieu. Un discernement s'impose par une formation, une initiation grâce à l'aide d'un père spirituel et par une réflexion personnelle éclairée par la lecture de la Bible, surtout du Nouveau Testament et en particulier l'enseignement de saint Paul et de saint Jean. L'auteur fait appel ensuite à la tradition monastique et sa notion de discrétion. « Ce mot a deux sens : discernement des esprits, prudence dans la conduite des autres et de soi-même et aussi sens de la mesure et du juste milieu. » Deux sens étroitement liés et exprimés dans toutes les Règles monastiques.

La nature est blessée et, pour trouver la paix de l'âme, il faut d'abord en purifier les passions, c'est-à-dire mettre « désormais leur énergie au service du bien et de l'amour, car l'énergie vitale de l'homme en sa nature véritable s'intègre, à tous les niveaux de son être, en unité d'amour et de vérité » (p. 88). Non pas selon le point de vue de la psychologie actuelle qui vise l'épanouissement plénier de la personnalité en fonction de ses seuls besoins et capacités humaines mais selon les Pères pour qui le point de départ est la foi, tandis que le but est l'union à Dieu (voir p. 89).

Les passions non purifiées sont les racines des « vices » stigmatisés par les Pères et qu'on nomme les péchés capitaux. Ils les ont nommés, décrits, en ont souligné les effets et prescrit les remèdes. L'auteur suit dans cette partie les premiers moines et leur expérience à laquelle se réfère toute spiritualité chrétienne d'Orient et d'Occident. Notre patrimoine est commun. Il termine par le conseil de saint Jean de la Croix plus proche de nous : « L'âme peut combattre et détruire toutes les tentations en leur opposant aussitôt un acte d'amour qui élève le cœur directement à l'union avec Dieu. Alors le cœur n'est plus là où l'ennemi voulait le frapper et le blesser, il s'est esquivé » (p. 136).

Par la suite, les maîtres spirituels ont établi des règles, ont affiné leur approche, ont approfondi les connaissances psychologiques, ont précisé l'objet du discernement : est bon ce qui est conforme à la loi de Dieu et de l'Église, est mauvais ce qui y est opposé. Pourtant, dans le concret, ce n'est pas si simple et un acte est toujours celui d'une personne qui « traduit ses choix spirituels par son corps même, dans sa manière d'être et d'agir. Ce qu'il faut regarder, c'est la personne globale, le degré d'harmonie et d'unité de toutes les parties de son être, la note unique qui la caractérise » (p. 145).

Dans son chapitre de conclusion, l'auteur se démarque nettement de certains présupposés philosophiques contemporains qui « débordent largement les données certaines de la psychologie […]. L'homme est plus que l'homme. Il se réalise en se dépassant. Mais il est une créature marquée par le dérèglement du péché. Il doit donc lutter longuement et patiemment » pour parvenir à vivre « selon l'amour et la vérité du Christ, dans l'espérance de l'immortalité en Dieu » (p. 150).

Ce livre de sagesse chrétienne devrait aider ceux qui cherchent simplement à vivre avec Dieu chaque jour.

Spiritualité

Les derniers numéros d'Esprit & Vie

Le plan du site

toutes les pages d'Esprit & Vie